1. Vers le jour, des jeux de mots. La nuit ceux qui font se retourner.
    Et sur la base de ces images écrire un alphabet, un abjad, un runatal.

    De ceux qui parlent en secret “ta douce langue natale”. 
    Celle de la magie des rues, des récits, des rivages entre Marseille et Paris.

     
  2. Des clans de mots, des mot-clefs. Des arborescences de sens. Tels souvenirs. Telles suites d’idées arborées.
    Des mots devenus des noms redevenant des choses.
    Des blasons exposés qui explosent sous la pensée.
    Qui se déploient dans l’air.

    Lire, c’est déjà de sa propre main retracer.

     
  3. Un alphabet s’y dessine. Mots choisis. Mots qui vous choisissent.

     
  4. Et certains mots reviennent, fomentent des pensées à chacun de nos passages.

     
  5. sometimes you run into runes